Auteur/autrice : Matosan3142020

Por qué, porque, por que et porqué

👉 Por qué, porque, por que et porqué : Quelle différence ?

_

Avez-vous déjà douté de l’orthographe d’un mot en français ? Certainement ! Toutefois, le français n’est pas la seule langue latine dans laquelle un mot peut changer de sens simplement par son orthographe.
Le cas le plus flagrant est celui de « por qué« , « porque« , « por que » et « porqué« .
Si vous avez l’habitude d’écrire en espagnol, vous avez certainement plus d’une fois hésité entre les diverses orthographes.
Voici la fiche de cours qui vous facilitera la tâche. En comprenant bien la signification et l’usage de chaque mot, vous ne ferez plus jamais d’erreur.

« Por qué »

La forme grammaticale « por qué » est généralement un adverbe dont la traduction littérale est « pourquoi« . Elle s’utilise donc fréquemment pour introduire des phrases interrogatives. Elle peut également servir dans certaines phrases affirmatives. Toutefois, « por qué » peut également être utilisé dans un contexte différent du « pourquoi » français. Il sert également à débuter certaines phrases exclamatives.

Exemples :

  • ¿Por qué llegaste tan tarde ayer? = Pourquoi est tu arrivé si tard hier ?
  • ¿Por qué no me lo dijiste? = Pourquoi ne me l’as-tu pas dis ?
  • No entiendo por qué actuas así = Je ne comprends pas pourquoi tu agis de cette façon
  • No sé por qué lo vende tan caro = Je ne sais pas pourquoi il le vend aussi cher
  • ¡Por qué situacion tan difícil estamos pasando! = Par quelle situation si difficile nous sommes en train de passer !

« Porqué »

« Porqué » écrit en un seul mot et avec un accent est un nom commun synonyme de cause, raison ou motif. Il peut être employé au pluriel et est généralement précédé d’un article défini ou indéfini.

Exemples :

  • Julio no me ha explicado el porqué de su silencio = Julio ne m’a pas expliqué le pourquoi de son silence
  • Dame un solo porqué para tratar de entenderte = Donne-moi une seule raison d’essayer de te comprendre
  • Los porqués son muchos = Les raisons sont nombreuses
  • Todas las consecuencias tienen sus porqués = Toutes les conséquences ont leurs causes

« Porque »

Le « porque » espagnol est une locution conjonctive pouvant être généralement traduite par « parce que » en français. Toutefois, son emploi peut également avoir lieu pour exprimer la finalité d’une action ou une relation de cause à effet. Il peut alors remplacer « para que » et avoir le sens de « pour que » en français.

Exemples :

  • No fui al trabajo porque estaba enfermo = Je ne suis pas allé au travail parce que j’étais malade
  • ¿Por qué no viene?.. Porque no tiene tiempo = Pourquoi il ne vient pas ? Parce qu‘il n’a pas le temps
  • Hice muchos esfuerzos porque me entiendera = J’ai fait beaucoup d’efforts pour qu‘il me comprenne
  • Le compré chocolate porque haga un pastel = Je lui ai acheté du chocolat pour qu‘il fasse un gâteau

« Por que »

L’expression « por que » est la combinaison de la préposition « por » et du pronom relatif « que » Dans certains cas, ces deux mots peuvent se retrouver juxtaposé et former l’expression « por que ». Elle peut donc être traduit en français par « pour que« , ou parfois simplement « que » sans que cela exprime une relation de cause à effet. « Por que » peut également traduire l’expression « pour lequel(s) » ou « pour laquelle(s) ».

Exemples :

  • El profesor optó por que saliera de la clase = Le professeur opta pour qu‘il sorte de la classe
  • Estaba ansioso por que llegará su hermano = Il était impatient qu‘arrive son frère
  • No sé la razón por que hizo eso = Je ne sais pas la raison pour laquelle il a fait cela
  • El trofeo por que jugaron era feo = Le trophée pour lequel ils ont joué était moche

👉 Vous avez fini d’étudier cette leçon ? Entraînez-vous !

👉 Leçon suivante : Tú ou Usted (tutoiement et vouvoiement)

👉 Leçon précédente : Bien, bueno ou buen ?

 

_

©Espagnolpratique.com

Tomar, llevar ou traer ? Quelle différence ?

👉 Tomar VS llevar VS Traer

_

« Prendre », « emporter », « apporter », « amener », « emmener », même en français ces verbes peuvent être difficiles à employer correctement.

Si vous apprenez l’espagnol, vous avez certainement remarqué que les verbes « tomar« , « llevar » et « traer » ont eux aussi un sens proche, mais qu’il vaut mieux ne pas confondre.

Dans cette leçon, vous trouverez toutes les explications dont vous avez besoin pour bien employer ces trois verbes.

Tomar

Ce verbe peut être traduit par « prendre« . Il peut donc être utilisé dans un sens très large. Il s’utilise aussi bien dans un sens propre, lorsque l’on veut prendre quelque chose avec la main, que dans un sens figuré.

En Amérique latine, « tomar » a également le sens de boire ou d’avaler.

Exemples :

  • Tómalo en tu mano = Prends-le dans ta main
  • Vamos a tomar el autobús para ir a la playa = Nous allons prendre le bus pour aller à la plage
  • Ella tomó el sol durante todo el verano = Elle a pris le soleil durant tout l’été
  • Tengo que parar para tomar aliento = Je dois m’arrêter pour prendre mon souffle
  • Voy a tomar las medidas necesarias = Je vais prendre les mesures nécessaires
  • Tarde o temprano tendré que tomar una decisión = Tôt ou tard, je devrais prendre une décision

Llevar

Le verbe « llevar » peut être traduit par « emporter » ou « emmener« . Il véhicule l’idée que l’on transporte un objet ou une personne du lieu où l’on se trouve vers un autre endroit.

Exemples :

  • Puedes llevar tus cosas de aquí = Tu peux emporter tes affaires d’ici
  • ¿Puedes llevar a Sandra al trabajo ahora? = Peux-tu emmener Sandra au travail tout de suite ?
  • No olvides llevar tu paraguas = N’oublies pas d’emporter ton parapluie
  • Voy a llevar a mi madre al doctor = Je vais emmener ma mère chez le médecin

Traer

On traduit généralement « traer » par « apporter » ou « amener« . Il permet d’exprimer le mouvement d’une chose ou d’une personne d’un autre endroit vers l’endroit où l’on se trouve.

Exemples :

  • Julio va traer su madre aquí = Julio va amener sa mère ici
  • Trajeron vino = Ils ont apporté du vin
  • ¿Puedes traerme el coche, por favor? = Peux-tu m’amener la voiture s’il te plaît ?
  • Pedro siempre trae el postre cuando viene a comer = Pedro amène toujours le dessert lorsqu’il vient manger

👉 Leçon précédente : Pedir ou Preguntar ?

 

_

©Espagnolpratique.com

También ou Tampoco ?

👉 También ou Tampoco ?

_

En espagnol, il peut parfois être difficile de répondre à une question par « moi aussi » ou « moi non plus » en sachant utiliser correctement les adverbes « también » et « tampoco« .

Pour ne plus se tromper, il est nécessaire de comprendre la signification de chacun de ses adverbes et leur relation avec les idées positives ou négatives qu’ils transmettent. Voici le cours qui vous aidera à ne plus commettre d’erreur.

También

« También » est un adverbe qui peut toujours être traduit par « aussi » ou « également« . Il s’emploie uniquement dans les phrases positives.

Il transmet une idée d’égalité ou de coïncidence entre les personnes ou les objets. Il peut aussi être utilisé dans les énumérations.

  • Marcos vendió su auto y Julio también = Marcos a vendu sa voiture et Julio aussi
  • Voy al mercado para comprar tomate, cebolla y también zanahoria = Je vais au marché pour acheter des tomates, des oignons et aussi des carottes
  • Tengo hambre ¿Y tú?… Yo también = J’ai faim, et toi ?… Moi aussi
  • El viernes iremos a la playa… Nosotros también = Vendredi nous irons à la plage… Nous aussi

Tampoco

« Tampoco » est lui aussi un adverbe. Il se traduit généralement par « non plus« .

Il peut être utilisé dans de nombreux contextes, mais toujours dans le cadre de phrases négatives. Il véhicule aussi une idée d’égalité et de coïncidence, mais dans le sens négatif.

Il s’utilisera également dans certaines énumérations, mais pour traduire l’absence ou le manque de certaines personnes.

  • Yo no tengo la llave de la casa de Marcelo y tú tampoco = Je n’ai pas la clé de la maison de Marcelo et toi non plus
  • En este supermercado, no venden muebles ni tampoco colchones = Dans ce supermarché, ils ne vendent pas de meubles et pas non plus de matelas
  • Yo no hablo bien inglés ¿Y tú?… Yo tampoco = Je ne parles pas bien anglais, et toi ?… Moi non plus
  • No podré ir a la fiesta de Karen… Nosotros tampoco = Je ne pourrais pas aller à la fête de Karen… Nous non plus

Attention ! Bien que « tampoco » s’utilise dans le contexte de phrases négatives, l’usage du « no » pour marquer la négation n’est pas systématique.

« No » ne peut en aucun cas suivre « tampoco » pour exprimer une idée négative. Ainsi, la phrase « Yo tampoco no voy al cine » est fausse.

En général, si « tampoco » est situé avant le verbe de la phrase, l’utilisation du « no » est incorrect.

On préférera utiliser la formulation « Yo tampoco voy al cine » (Moi non plus je ne vais pas au cinéma).

Par contre, si « tampoco » est placé après le verbe de la phrase, l’emploi de « no » devient obligatoire avant le verbe :

  • No tengo sed… No tengo sed tampoco = Je n’ai pas soif… Je n’ai pas soif non plus
  • Nosotros no fumamos… Nosotros no fumamos tampoco = Nous ne fumons pas… Nous ne fumons pas non plus

👉 Vous avez fini d’étudier cette leçon ? Entraînez-vous !

👉 Leçon suivante : Pedir ou Preguntar ?

👉 Leçon précédente : Tú ou Usted (tutoiement et vouvoiement)

 

_

©Espagnolpratique.com

Tutoiement et vouvoiement en espagnol

👉 Le tutoiement et le vouvoiement en espagnol : Tú ou Usted ?

_

En français, que l’on s’adresse à un groupe de gens que l’on tutoie ou que l’on vouvoie, on utilisera le même mot « Vous« .

En espagnol, selon si l’on tutoie ou si l’on vouvoie les personnes du groupe auquel on s’adresse, on utilisera des mots différents : « Ustedes » (vouvoiement) ou « Vosotros/Vosotras » (tutoiement)

I. Le tutoiement

* Pour tutoyer une seule personne en espagnol, on utilise le Tú : tú comes, tú hablas, tú vives, etc.
* Pour s’adresser à un groupe de personnes que l’on tutoie, on utilise Vosotros ou Vosotras : vosotros coméis, vosotros habláis, vosotros vivéis, etc.

 

II. Le vouvoiement

* Pour vouvoyer une seule personne, on utilise USTED (il s’utilise comme la 3ème personne du singulier) :

  • Usted habla muy bien español ==> Vous parlez très bien espagnol.

* Pour vouvoyer plusieurs personnes, on utilise USTEDES (il s’utilise comme la 3ème personne du pluriel) :

  • Ustedes hablan muy bien español ==> Vous (groupe) parlez très bien espagnol.

 

III. Utilisation du vouvoiement en Espagne et dans le monde

On ne vouvoie pratiquement jamais en Espagne. En Espagne – et contrairement au français – il est très courant pour deux personnes qui ne se connaissent pas de se tutoyer dès le premier échange.
En Espagne par exemple, les élèves tutoient leurs professeurs. Le vouvoiement est utilisé pour des moments très « solennels » ou officiels (par exemple si vous rencontrer un haut dignitaire ou lors d’un entretien d’embauche).

Le vouvoiement est beaucoup plus utilisé en Amérique Latine dans des pays comme la Colombie. Là-bas, il est courant que les membres d’une même famille se vouvoient entre eux.

👉 Vous avez fini d’étudier cette leçon ? Entraînez-vous !

👉 Leçon suivante : También ou Tampoco ?

👉 Leçon précédente : Por qué, porque, por que et porqué : quelle différence ?

 

_

©Espagnolpratique.com

Bien, Bueno ou Buen : Quelle différence ?

👉 Bien, Bueno ou Buen : Quelle différence ?

_

I. Emploi de BIEN


Bien est un adverbe
. Cela signifie qu’il va modifier un verbe ou un adjectif :
BIEN + Verbe
BIEN + Adjectif
BIEN + Adverbe

Lorsque BIEN est associé à un verbe, il peut se traduire en français par « bien ».

Exemple :

  • Estoy bien ==> Je vais bien.
  • Ana trabaja bien ==> Ana travaille bien.

Lorsque BIEN est associé à un adjectif ou un autre adverbe, on peut le traduire en français par « Très » (Dans ce contexte, Bien a pour fonction de mettre l’accent sur l’adjectif).

Exemple :

  • El café está bien caliente ==> Le café est très chaud.
  • La casa de Juan está bien lejos ==> La maison de Juan est très loin.

II. Emploi de BUENO et BUEN

BUENO est un adjectif. Il va donc modifier un substantif et s’accorder en genre et en nombre avec ce dernier. On peut retrouver les formes suivantes :
BUENO + Substantif
BUEN + Substantif
BUENA + Substantif
BUENOS + Substantif
BUENAS + Substantif

BUENO peut se traduire en français par « Bon » ou « Bonne ».

Exemple :

  • Él fue bueno conmigo ==> Il a été bon (gentil) avec moi.
  • Buenas noches ==> Bonne nuit.
  • Ana es una buena amiga ==> Ana est une bonne amie.

Attention: BUENO vs BUEN !
Dans le cas où l’adjectif BUENO est placé avant un nom masculin singulier, il faut faire une apocope. On soustrait donc le –O final de BUENO qui devient BUEN.

Exemple :

  • Juan es un buen amigo (Juan est un bon ami) ==> PHRASE CORRECTE
  • Juan es un bueno amigo ==> PHRASE INCORRECTE

En revanche, lorsque l’adjectif est placé après le nom, on peut utiliser BUENO. Ce qui donne :

  • Juan es un amigo bueno ==> Juan est un bon ami
  • Esta receta es buena ==> C’est une bonne recette

N.B : Le mot BUEN est particulièrement utilisé dans des expressions de salutations, de bons vœux, etc.

  • ¡Buen viaje! ==> Bon voyage !
  • ¡Buen día! ==> Bonne journée !
  • ¡Buen fin de semana! ==> Bon week-end !
  • ¡Buen provecho! ==> Bon appétit !

👉 Vous avez fini d’étudier cette leçon ? Entraînez-vous !

👉 Leçon suivante : Por qué, porque, por que et porqué : quelle différence ?

👉 Leçon précédente : Les erreurs de grammaire courantes à éviter

 

_

©Espagnolpratique.com

Les adjectifs indéfinis en espagnol (Alguno, Ninguno, Cada, Mismo…)

👉 Les adjectifs indéfinis en espagnol : emploi et utilisation

_

Les adjectifs indéfinis (determinantes indefinidos) sont toujours placés directement devant le nom qu’ils déterminent.
Les indéfinis ont valeur d’adjectifs, de pronoms ou même d’adverbes. Ils expriment des valeurs quantitatives, qualitatives, collectives ou distributives.

I. Les adjectifs indéfinis quantitatifs

* ALGUNO (Quelque)

Alguno ne peut pas être utilisé dans une phrase négative après « sin » (sans)

Comme les adjectifs, ALGUNO s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il détermine (sauf au masculin singulier) : alguna (féminin singulier), algunas (féminin pluriel), algunos (masculin pluriel).

Alguno s’apocope devant un nom masculin singulier, c’est-à-dire qu’il perd le –o final, devenant algún.

Exemples :

Hace algún tiempo que ya no hace deporte ==> Ca fait quelque temps qu’il ne fait plus de sport.
He conocido algunas mujeres ==> J’ai fait la rencontre de quelques femmes.
Algunos chicos me hablaron ==> Quelques hommes m’ont parlés.

N.B : Dans une phrase négative, quand ALGUN est placé après le nom, il se traduit par « aucun(e) ».

Exemple : No siente felicidad alguna ==> Il ne ressent aucune joie.

* NINGUNO (Aucun)

Cet adjectif est souvent employé dans une phrase négative après « sin » (sans).

NINGUNO s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il détermine (sauf au masculin singulier) : ninguna (féminin singulier), ningunas (féminin pluriel), ningunos (masculin pluriel).

Ninguno s’apocope devant un nom masculin singulier, devant ningún.

Exemple :

No hay ninguna solución ==> Il n’y a aucune solution.
Ningún problema ==> Aucun problème.
Ninguno quiere frutas por aquí ==> Personne ne veut de fruits par ici.

N.B:

Lorsque NINGUNO est placé devant le verbe d’une phrase négative, la négation « no » disparait:

Ningún chico quiere seducirla ==> Aucun garçon ne veut la séduire.

* CADA (Chaque)

CADA est un adjectif indéfini invariable.

Utilisé dans les structures comme CADA UNO/CADA UNA, on peut le traduire par « Chacun » ou « Chacune« .

Exemples :

Cada uno quiere estar en paz ==> Chacun veut être en paix.
Cada día, conduzco mis hijos a la escuela ==> Chaque jour je conduis mes enfants à l’école.

* TODO (Tout)

TODO s’accorde en genre et en nombre avec le nom qu’il détermine, il ne peut pas s’employer avec un numéral.

Exemple :

Caminamos todo el día ==> Nous avons marché toute la journée.
Fueron contratados los dos ==> Ils ont été engagés tous les deux.

(On note l’absence de « todos » dans la version espagnole, due à la présence du numéral « dos« )

* DEMASIADO – BASTANTE – MUCHO & POCO

En espagnol, ces mots sont des adjectifs ou des pronoms (alors qu’il s’agit d’adverbes invariables en français). Ils s’accordent donc en genre et en nombre avec le nom auquel ils se rattachent :

Poco/Poca/Pocos/Pocas ==> Un peu de…
Mucho/Mucha/Muchos/Muchas ==> Beaucoup de…
Bastante / Bastantes ==> Assez de…
Demasiado / Demasiada / Demasiados / Demasiadas ==> Trop de…

Exemple :

Hoy, hay poca gente en la calle ==> Il y a peu de gens dans la rue aujourd’hui.
He comido mucho chocolate ==> J’ai mangé beaucoup de chocolat.
Tengo bastante dinero para cómprame un coche ==> J’ai assez d’argent pour acheter une voiture.
Hay demasiado ruido en este bar ==> Il y a trop de bruit dans ce bar.

II. Les adjectifs indéfinis qualitatifs

* CUALQUIERA (N’importe lequel/N’importe quel)

Cualquiera s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rattache et s’apocope devant un nom masculin singulier.

Lorsqu’il a valeur de nom, cualquiera peut se traduire par « tout le monde », « n’importe qui » ou « quiconque ».

Par ailleurs, s’il est placé devant le nom (masculin ou féminin), il s’apocope en cualquier.

Exemple :

Cualquier sitio me conviene ==> N’importe quelle place me convient.
Cualquiera puede tener éxito trabajando duro ==> Tout le monde peut avoir du succès en travaillant dur.
– No es mujer cualquiera ==> Ce n’est pas n’importe quelle femme.

* OTRO (Autre)

L’adjectif OTRO a la spécificité de toujours être employé sans article indéfini.

Lui aussi s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rattache.

Exemple :

Quiero otra taza de café ==> Je veux une autre tasse de café.
Voy a tener otro pero ==> Je vais avoir un autre chien.

* MISMO (Même)

MISMO s’accorde en genre et en nombre avec le nom auquel il se rattache.

Cet indéfini peut se traduire par « même » mais aussi par les pronoms « lui-même », « elle-même », « eux-mêmes », etc.

Exemple :

Nos entrevistamos con el comandante mismo ==> Nous avons eu un entretien avec le commandant lui-même (en personne).
Tienen los mismos pantalones ==> Ils ont les mêmes pantalons.
Lo hizo el mismo ==> Il l’a fait lui-même.

* TAL – SEMEJANTE – IGUAL

Ces adjectifs ne sont jamais précédés d’un article indéfini.

Ils se traduisent respectivement par « tel(le) », « similaire » et « égal/identique ».

S’il est suivi d’un nom propre ou d’un prénom, « Tal » peut se traduire par « un certain » ou par la locution « en question ».

Exemple :

Tal día como hoy empecé a trabajar ==> J’ai commencé à travailler un jour tel que celui-ci.
РEl tal Juan se cree muy listo ==> Le Juan en question se croit tr̬s intelligent.
Su voz es semejante a la de su padre ==> Sa voix est similaire à celle de son père.
Estos autos son aparentemente iguales ==> Ces voitures sont apparemment identiques.

👉 Vous avez fini d’étudier cette leçon ? Entraînez-vous !

👉 Leçon suivante : Les adjectifs démonstratifs

👉 Leçon précédente : Le sujet indéfini ‘on’

 

_ 

©Espagnolpratique.com

Traduire le pronom indéfini ‘on’ en espagnol (la Tournure impersonnelle)

👉 Comment traduire le pronom indéfini ‘on’ en espagnol ?

_

En français, on utilise très souvent le pronom « On ». En espagnol, le « On » seul n’existe pas.

La traduction de « On » dépendra du contexte dans lequel le pronom est utilisé.

Afin de traduire correctement le pronom « on » il faut se poser plusieurs questions :

– Qui fait l’action ?
– S’agit-il d’un fait isolé ?
– S’agit-il d’un fait d’ordre général ?

I. Quand « On » veut dire « Quelqu’un »

Quand « on » peut être remplacé par « quelqu’un » on traduira en utilisant la 3ème personne du pluriel.

Dans ce contexte, le « on » est en réalité un « ils » non identifié.

Exemple :

On frappe à la porte ==> Llaman a la puerta.
(On utilise la 3ème personne du pluriel « ils » car il s’agit d’une action isolée dont on ne sait pas qui en est l’auteur)
On t’appelle ==> Te llaman.

II. Quand « on » veut dire « Nous »

« On » peut être employé en français à la place de « Nous ». Dans ce cas, on traduira en espagnol par « Nosotros » ou « Nosotras ».

Exemple :

On aime le cinéma ==> (Anosotros) nos gusta el cine.
On regarde la télé ==> (Nosotros) Vemos la tele.

III. Le « On » présente un fait général, une obligation ou une interdiction

Il arrive que le « on » renvoie à une généralité. La personne qui s’exprime peut s’impliquer, ou pas, dans ce qu’elle dit.

Par exemple : « On aime bien ça en France » ; « On parle espagnol en Espagne » ; « On tombe souvent amoureux de son contraire« .

Dans ce contexte, on traduit le « On » en utilisant la structure SE + VERBE À LA 3ÈME PERSONNE DU SINGULIER

Exemple :

On vit bien en France ==> En Francia, se vive bien.
On parle l’espagnol en Argentine ==> En Argentina se habla español.
– Grâce à Internet, on a accès à tous les savoirs ==> Gracias a internet, se tiene acceso a todos los conocimientos.
– Ici on ne fume pas ==>
Aqui nose fuma.

N.B : Attention, le verbe est au pluriel quand « ce qui suit » l’est aussi.

On emploi donc la structure SE + Troisième personne du pluriel + NOM au pluriel

Exemple
:

РEn Espagne, on mange des tapas ==> En Espa̱a se comen tapas.
On peut lire des livres ==> Se pueden leer libros.
РAu restaurant, on mange beaucoup de plats diff̩rents ==> En un restaurante, se comen muchos platos diferentes.

IV. Le « On » fait référence à « Je »

Lorsque la personne qui s’exprime fait référence à elle-même, on traduit le « On » par « Uno » (au masculin) ou « Una » (au féminin).

Exemple :

– A mon âge, on a besoin d’indépendance ==> A mi edad, uno necesita independencia.

👉 Vous avez fini d’étudier cette leçon ? Entraînez-vous !

👉 Leçon suivante : Les adjectifs indéfinis (Alguno, Ninguno, Cada, Mismo…)

👉 Leçon précédente : Le style indirect

 

_ 

©Espagnolpratique.com

Le gérondif en espagnol : utilisation et emploi

👉 Le gérondif en espagnol : emploi et utilisation

_

I. Formation du gérondif

Pour former le gérondif en français, on utilise la structure « être en train de » + infinitif.

Pour former le gérondif en espagnol, on utilise la structure :

Verbe ESTAR conjugué + Radical du verbe + terminaison

* Pour les verbes du premier groupe terminant en –AR, la terminaison est –ANDO.

* Pour les verbes du 2ème et du 3ème groupe terminant en –IR ou en –ER, la terminaison est –IENDO.

Exemple :

Hablar (Parler) ==> Hablando
Andar (Marcher) ==> Andando
Comer (Manger) ==> Comiendo
Vivir (Vivre) ==> Viviendo

 

II. Verbes irrégulier au gérondif

Les verbes irréguliers au gérondif sont :

IR (Aller) ==> Yendo
DECIR (Dire) ==> Diciendo
REIR (Rire) ==> Riendo
VESTIR (VÊTIR) ==> Vistiendo
PODER (Pouvoir) ==> Pudiendo
SENTIR (Sentir) ==> Sintiendo
DORMIR (Dormir) ==> Durmiendo
MORIR (Mourir) ==> Muriendo
OIR (Entendre) ==> Oyendo

N.B : Les verbes pronominaux subissent l’enclise au gérondif. C’est-à-dire, que le pronom personnel réfléchi se place derrière le verbe et s’accole à ce dernier.

Exemple : Despertarse (Se réveiller) ==> Estoy despertándome ; Vestirse (Se vêtir) ==> Estamos vistiéndonos.

 

III. Emploi du gérondif

Le gérondif est toujours invariable. Il permet d’insister sur la durée d’une action.

Souvent employé avec ESTAR, le gérondif peut également être utilisé avec d’autres verbes comme IR, SEGUIR, LLEVAR, etc.

Le gérondif peut être utilisé pour :

* Exprimer une action progressive ou continue

Estoy mirando un video ==> Je regarde une vidéo.
Estoy conduciendo ==> Je suis en train de conduire.
– La chica está jugando con sus amigas ==> La fille est en train de jouer avec ses amies.

Cette action continue ou progressive peut se dérouler dans le passé.

– Ayer, toda la tarde, estuve mirando un video ==> Hier, tout l’après-midi, j’ai regardé une vidéo.
Iban subiendo ==> Ils étaient en train de monter.
Sigue durmiendo ==> Il est encore en train de dormir.

* Décrire une action qui se déroule progressivement, avec la structure IR + Gérondif

El niño va aprendiendo ==> La garçon apprend peu à peu.

* Exprimer une relation logique

 Girando a la izquierda, encontraras la farmacia ==> En tournant à gauche, tu trouveras la pharmacie.

* Exprimer la simultanéité temporelle

Viajando a Argentina, aprendí el español ==> En voyageant en Argentine, j’ai appris l’espagnol.
Me lo anunció riendo ==> Il me l’a annoncé en riant.

👉 Vous avez fini d’étudier cette leçon ? Entraînez-vous !

👉 Leçon suivante : Le participe passé

👉 Leçon précédente : Le subjonctif imparfait

 

_

©Espagnolpratique.com

Diphtongaison et modifications orthographiques en espagnol

👉 Diphtongaison et modifications orthographiques en espagnol

_

La diphtongaison est très répandue en espagnol. Elle concerne surtout les verbes, mais aussi les noms, adjectifs et adverbes. Elle consiste à remplacer la voyelle tonique d’un mot par une double voyelle prononcée en une même syllabe.

Diphtongaison espagnole

Avant d’aborder la diphtongaison des verbes (le gros morceau…), voyons comment se comportent les autres mots quand ils diphtonguent : noms, adjectifs et adverbes.

Noms

Beaucoup de noms espagnols dont la voyelle du radical à l’avant-dernière syllabe sous l’accent tonique était originalement e ou o ont subi la diphtongaison, et sont maintenant écrits avec ie et ue :

  • puerta, sueldo, fuerza, cuerda, recuerdo
    porte, salaire (solde), force, corde, souvenir (record) ;
  • hierba (ou yerba), hierro, infierno, tierra
    herbe, fer, enfer, terre.

Adjectifs et adverbes

Cette transformation se retrouve dans certains adjectifs et adverbes :

  • caliente, bueno, fuerte, fuertemente, cierto, ciertamente
    chaud, bon, fort, fortement, vrai (certain), certainement.​

Diphtongue et hiatus

Les deux sont très courants en espagnol, et faciles à distinguer : le hiatus ajoute une syllabe au mot, comme dans les exemple suivants, alors que la diphtongue ne le fait pas :

  • parque (2 syllabes : par-que) –> parquear (3 syllabes : par-que-ar)
    parc                 se garer ;
  • aire (2 syllabes : ai-re) –> aéreo (4 syllabes : a-é-re-o)
    air              aérien.

Diphtongaison des verbes

Qu’est-ce qu’un verbe à diphtongue en espagnol ? Au présent de l’indicatif, mais aussi du subjonctif et de l’impératif, certains verbes espagnols diphtonguent quand la voyelle du radical à l’avant-dernière syllabe est e ou o. On obtient alors ie et ue sous l’accent tonique.

  • Entender: entiendo, entiendes, entiende, entendemos, entendéis, entienden.
    Comprendre : je comprends, tu comprends, il comprend, nous comprenons, vous comprenez, ils comprennent.
  • Poder: puedo, puedes, puede, podemos, podéis, pueden.
    Pouvoir : je peux, tu peux, il peut, nous pouvons, vous pouvez, ils peuvent.

La diphtongaison est fréquente, mais pas systématique, beaucoup de verbe ne diphtonguent pas, comme dans les exemple suivants.

  • Comer: como, comes, come…
    Manger : je mange, tu manges, il mange…
  • Aportar: aporto, aportas aporta…
    Contribuer : je contribue, tu contribues, il contribue…
  • Rezar: rezo, rezas, reza…
    Prier : je prie, tu pries, il prie…

Malheureusement, rien ne permet de les distinguer a priori. Seuls l’apprentissage et la pratique permettent de savoir si un verbe diphtongue ou non.

Un unique verbe en u diphtongue. Comme il est très courant, il est utile et facile de le retenir.

  • Jugar: juego, juegues, juegue, jugamos, jugáis, jueguan.
    Jouer : je joue, tu joues, il joue, nous jouons, vous jouez, ils jouent.

Les verbes qui diphtonguent le font au présent de tous les modes (indicatif, subjonctif et impératif), selon la même transformation phonétique et orthographique.

Subjonctif

  • Que entienda, que entiendas, que entienda, que entiendan.
    Que je comprenne, que tu comprennes, qu’il comprenne, qu’ils comprennent.
  • Te lo digo para que te acuerdes.
    Je te le dis pour que tu t’en souviennes.

Impératif

  • Aprieta, apriete, aprieten, apriétalo.
    Serre, serrez, serrez, serre-le.
  • ¡Entiéndeme bien!
    Comprends-moi bien !

Les verbes irréguliers en avec une terminaison en go à la première personne du singulier ne diphtonguent pas à cette personne.

  • Venir: vengo, vienes…
    Venir : je viens, tu viens…
  • Tener: tengo, tienes…
    Avoir : j’ai, tu as…

Modifications orthographiques imposées par la diphtongaison des verbes

Quand le radical d’un verbe commence par la voyelle qui diphtongue, il subit une modification orthographique.

  • Oler: huelo, hueles, huele, olemos, oléis, huelen, que no huelan.
    Sentir : je sens, tu sens, il sent, nous sentons, vous sentez, ils sentent, qu’ils ne sentent pas.
  • Errar: yerro, yerras, yerra, erramos, erráis, yerran, ¡no yerres!
    Se tromper : je me trompe, tu te trompes, il se trompe, nous nous trompons, vous vous trompez, ils se trompent, ne te trompe pas !

Plusieurs prononciations et orthographes sont parfois permises.

  • Erguir: yergo/irgo, yergues/irgues, yergue/irgue, yerguen/irguen.
    Ériger : j’érige, tu ériges, ils érigent.

Si la consonne précédant le o qui subit la diphtongaison est un g, un tréma précise que le u suivant doit être prononcé. Sinon, il serait muet, comme dans guerra.

  • Degollar: degüello, degüellas, no lo degüelles, que no lo degüellen.
    Égorger : j’égorge, tu égorges, ne l’égorge pas, qu’ils ne l’égorgent pas.
  • Regoldar: regüeldo, regüeldas, que no regüelden, ¡no regüeldes!
    Roter : je rote, tu rote, qu’ils ne rotent pas, ne rote pas !
  • Avergonzarse: me avergüenzo, te avergüenzas, que se avergüence, avergüéncense.
    Avoir honte : j’ai honte, tu as honte, qu’il ait honte, ayez honte.​

Verbes et autres mots apparentés

Le lien entre la diphtongaison d’un verbe et celle d’autres mots construits sur la même racine n’est pas systématique, comme le montrent les exemples ci-dessous.

  • Arrendar: arriendo; el arriendo.
    Louer : je loue ; le loyer.
  • Encontrar: encuentro; un encuentro.
    Rencontrer : je rencontre ; une rencontre.
  • Calentar: caliento; caliente.
    Chauffer : je chauffe ; chaud.
  • Costar: cuesto; el costo.
    Coûter : je coûte ; le coût.
  • Ascender: asciendo; el ascenso.
    Monter : je monte, la montée / la promotion.
  • Portar: porto; el puerto, la puerta.
    Porter : je porte ; le port, la porte.

Là aussi, seuls l’apprentissage et l’usage permettent de s’y retrouver à coup sûr.

La diphtongaison est donc très courante en espagnol. Elle peut être source de confusion en début d’apprentissage, mais n’est pas si difficile à maîtriser, car elle suit presque toujours les mêmes règles. Ne l’oublions pas, elle existe en français, même si elle est plus rare :

  • venir, je viens, tu viens…

L’essentiel est de savoir quand elle a lieu, sans se tromper. Avec la pratique, elle devient automatique et on n’y pense plus.

👉 Leçon suivante : Les nombres cardinaux

👉 Leçon précédente : Diphtongues et modifications orthographiques sur les consonnes et voyelles

 

_ 

©Espagnolpratique.com

Les fautes de grammaire courantes en espagnol

👉 Les erreurs de grammaire les plus fréquentes à éviter en espagnol

_

L’espagnol et le français ont beaucoup de ressemblances, mais aussi des différences réelles. L’étudiant en langues a souvent tendance à calquer sa langue maternelle sur celle qu’il apprend. C’est parfois une source d’erreur, comme nous allons le voir.

Expressions pronominales

Les verbes pronominaux sont nombreux en espagnol comme en français, mais beaucoup d’expressions très courantes sont pronominales en espagnol et ne le sont pas en français. C’est une source d’erreur fréquente.

  • Te lo mereces.
    Tu le mérites (littéralement : tu te le mérites).
  • ¡Comete lo! ¡Tomate lo!
    Mange-le ! Bois-le !
  • Tengo que irme.
    Je dois partir.
  • ¿No te avergüenzas?
    Tu n’as pas honte ?
  • No puede dormirse.
    Il ne peut pas dormir, il n’arrive pas à s’endormir.
  • ¿Te inventaste este mueble?
    Tu as fabriqué ce meuble (toi-même) ?
  • Me arrepiento de esas palabras.
    Je regrette ces paroles.
  • Se negó a ayudarme.
    Il a refusé de m’aider.
  • Se me perdieron las gafas.
    J’ai perdu mes lunettes.
  • Me hice el loco.
    J’ai fait le fou, j’ai fait semblant de ne pas comprendre.

Inversement, certaine expressions courantes sont pronominales en français, pas en espagnol.

  • Peleamos.
    Nous nous sommes disputés.
  • Recuerdo muy bien que lo hice.
    Je me rappelle très bien que je l’ai fait.
  • Tengo que descansar.
    Je dois me reposer.

Subjonctif imparfait

L’imparfait du subjonctif existe dans les deux langues. Cependant, il a disparu du français oral courant, remplacé par le présent, alors que son usage est indispensable en espagnol, y compris dans la langue courante et familière.

  • Le dijo que se callara.
    Il lui a dit de se taire (qu’il se taise, littéralement : qu’il se tût).
  • Te lo di para que lo usaras.
    Je te l’ai donné pour que tu l’utilises (que tu l’utilisasses).

Subjonctif présent et futur

Dans une proposition subordonnée de temps, le subjonctif présent espagnol a valeur de futur. Une erreur courante consiste à employer le futur dans ce cas.

  • Te lo diré cuando vuelvas.
    Je te le dirai quand tu reviendras.
  • Avíseme tan pronto como el caso esté listo.
    Faites-moi savoir dès que l’affaire sera prête.​

Usage du passé simple

Ce temps grammatical est cantonné aux récits littéraires en français, mais il est d’usage courant en espagnol, particulièrement en Amérique latine. Il est souvent l’équivalent du passé composé français, dont il est proche.

  • ¿Donde lo compraste?
    Où l’as-tu acheté ?
  • ¿A que hora llegaron anoche?
    À quelle heure sont-ils arrivés hier soir ?
  • ¡Te equivocaste!
    Tu t’es trompé !

Le passé composé ouvre le champ des possibilités sur le présent, alors que le passé simple exprime qu’une action ou un fait appartient définitivement au passé.
Ce point est important dans les phrases négatives, où le choix du temps permet en espagnol des nuances d’expression très claires, évidentes pour un hispanophone, et souvent sources de maladresse ou d’erreur quand la langue est mal maîtrisée.

  • No lo he hecho.
    Je ne l’ai pas fait (mais je le ferai peut-être plus tard).
  • No lo hice.
    Je ne l’ai pas fait (et je ne le ferai pas).
  • Esa mujer no ha tenido hijos.
    Cette femme n’a pas eu d’enfants (pas encore, mais elle en aura peut-être).
  • Esa mujer no tuvo hijos.
    Cette femme n’a pas eu d’enfants (et n’en aura plus).

Ser et Estar

C’est une difficulté classique de l’apprentissage de l’espagnol, puisque ces deux verbes se traduisent de la même façon en français et dans bien d’autre langues.

Règle de base
On utilise ser quand on parle de la nature des êtres ou des choses, qui ne peut pas changer (ou pas facilement).

  • Soy plomero.
    Je suis plombier (c’est mon métier).
  • Es ingles.
    Il est anglais.
  • Este regalo es para mí.
    Ce cadeau est pour moi.

On utilise estar pour désigner ce qui est lié aux circonstances, au temps et à l’espace.

  • Estoy en mi cuarto.
    Je suis dans ma chambre.
  • España está en Europa.
    L’Espagne est en Europe.
  • Estábamos en el siglo 19.
    Nous étions au 19e siècle.
  • ¿Está Juan?
    Juan est-il ici (est-il présent) ?

La règle de base est simple et utile, mais malheureusement, elle n’est pas toujours applicable. Dans les cas suivants, le choix du verbe est impératif, bien qu’il puisse sembler contredire la règle de base.

  • Somos cinco personas en el coche, en el ascensor…
    Nous sommes cinq personnes dans la voiture, dans l’ascenseur…
  • Son las tres.
    Il est trois heures.
  • Hoy es el 2 de agosto.
    On est le 2 août aujourd’hui.
  • Portarse así de mal no está bien.
    Il n’est pas bien de se comporter si mal.

Sans attribut, ser a le sens de se produire, se tenir, avoir lieu.

  • La cumbre es en Madrid.
    Le sommet se tient à Madrid, a lieu à Madrid
  • El concierto será en Londres.
    Le concert aura lieu à Londres.

Une même phrase peut parfois employer ser ou estar, mais avec un sens différent :

  • Es de mal genio.
    Il est de mauvaise humeur (c’est le cas généralement, c’est son caractère).
  • Está de mal genio.
    Il est de mauvaise humeur (en ce moment, aujourd’hui, ces jours-ci…).
  • Este abrigo es caliente.
    Ce manteau est chaud (il tient chaud).
  • Este abrigo está caliente.
    Ce manteau est chaud (au toucher, il sort du séchoir, il était au soleil…).
  • Es negro.
    Il est noir (de couleur).
  • Está negro.
    Il est en colère.
  • Es vivo.
    Il est vif (rapide, agile).
  • Está vivo.
    Il est vivant.

La distinction n’est pas toujours claire, notamment dans les références à un lieu fixe. Les deux verbes sont indifféremment utilisés par des locuteurs natifs dans de nombreuses phrases avec sensiblement le même sens, même si seul estar est correct selon les cours académiques.

  • ¿Dónde es/está tu casa?
    Où est ta maison ?
  • Mi casa es/está en la esquina.
    Ma maison est au coin de la rue.
  • Minneapolis es/está en Minnesota.
    Minneapolis est dans le Minnesota.

De la même façon, estar est en principe de rigueur avec un participe passé, mais ser est couramment employé.

  • Está/es prohibido pisar el césped.
    Il est interdit de marcher sur l’herbe.

Le sens est sensiblement le même, avec peut-être une nuance dans le caractère provisoire ou permanent de l’interdiction.

Por et para

C’est l’autre difficulté classique. Ces deux mots se traduisent souvent par « pour » en français.

Règle de base
Por exprime la cause, les sentiments, la notion de durée ou de déplacement circonscrit.
Para exprime la finalité, la destination spatiale, une date future, une perception ou une opinion.

  • Me lo prestó por dos meses.
    Il me l’a prêté pour deux mois.
  • Paseamos por el centro comercial.
    Nous nous promenons dans le centre commercial.
  • Lo compré por 50 €.
    Je l’ai acheté pour 50 €.
  • Gracias por su confianza.
    Merci de votre confiance.
  • Esta tarea es para el lunes.
    Cette tâche est pour lundi.
  • Fue un golpe muy duro para él.
    Cela a été un coup très dur pour lui.
  • Este regalo es para mí.
    Ce cadeau est pour moi.
  • A caballo vamos para el monte.
    Nous allons à la montagne à cheval.
  • Estamos para acabar.
    Nous avons presque terminé.

Là aussi, la règle de base est parfois contredite, au moins en apparence, notamment parce que les notions de cause et de finalité peuvent se rejoindre. Por est obligatoire dans les exemples ci-dessous.

  • Luchábamos por la vida.
    Nous luttions pour la vie (en raison de la vie).
  • Pelearon por eso.
    Ils se sont disputés pour ça (à cause de ça).

Les deux prépositions sont parfois possibles, mais le sens n’est pas exactement le même.

  • Lo hago por ti.
    Je le fais pour toi (à cause de toi, par égard pour toi).
  • Lo hago para ti.
    Je le fais pour toi (pour te faire plaisir, te rendre service).

On voit que si l’espagnol peut sembler facile pour un francophone, sa maîtrise ne l’est pas toujours. Mais la connaissance de quelques idées de base couplée à la pratique permet d’éviter les erreurs courantes, qui sembleront bientôt évidentes.

👉 Leçon suivante : Bien, bueno ou buen ?

👉 Leçon précédente : Les diminutifs

 

_

©Espagnolpratique.com